Médiathèque baha'ie

Humour et blagues spirituelles


Sommaire

L'homme dans le trou
Une heure
La femme de ménage
Autostop
La glace
La transfusion


L'homme dans le trou

Un homme tomba dans un trou et se fit très mal :
Un Cartésien se pencha et lui dit : « Vous n'êtes pas rationnel, vous auriez dû voir ce trou ».
Un spiritualiste le vit et dit : « Vous avez dû commettre quelque péché ».
Un scientifique calcula la profondeur du trou.
Un journaliste l'interviewa sur ses douleurs.
Un yogi lui dit : « Ce trou est seulement dans ta tête, comme ta douleur ».
Un médecin lui lança 2 comprimés d'aspirine.
Une infirmière s'assit sur le bord et pleura avec lui.
Un thérapeute l'incita à trouver les raisons pour lesquelles ses parents le préparèrent à tomber dans le trou.
Une pratiquante de la pensée positive l'exhorta : « Quand on veut, on peut ! »
Un optimiste lui dit : « Vous avez de la chance: vous auriez pu vous casser une jambe ».
Un pessimiste ajouta : « Et ça risque d'empirer ».
Puis un enfant passa, et lui tendit la main...


Une heure

Juste une heure avec toi
Un homme arrive chez lui un soir fatigué après une dure journée de travail, pour trouver son petit garçon de 5 ans assis sur les marches du perron.
- Papa, est-ce que je peux te poser une question ?
- Bien sûr !
- Combien gagnes-tu de l'heure ?
- Mais, ça ne te regarde pas fiston!
- Je veux juste savoir. Je t'en prie, dis-le moi !
- Bon, si tu veux absolument savoir : 35.00 de l'heure.
- Le petit garçon s'en retourne dans la maison avec un air triste.
Il revient vers son père et lui demande :
- Papa, pourrais-tu me prêter 10.00 ?
- Bon, c'est pour ça que tu voulais savoir. Pour m'emprunter de l'argent ! Va dans ta chambre et couche-toi. J'ai eu une journée éprouvante, je suis fatigué et je n'ai pas le goût de me faire achaler avec des niaiseries semblables.
Une heure plus tard, le père qui avait eu le temps de décompresser un peu se demande s'il n'avait pas réagit trop fort à la demande de son fils. Peut-être qu'il voulait s'acheter quelque chose d'important. Il décide donc d'aller dans la chambre du petit :
- Dors-tu ?
- Non, papa !
- Écoute, j'ai réfléchi et voici le 10.00 que tu m'as demandé.
- Oh merci papa !
Le petit gars fouille sous son oreiller et en sort 25.00.
Le père en voyant l'argent devient encore tout irrité.
- Mais pourquoi tu voulais 10.00 ? Tu as déjà 25.00 !
Qu'est-ce que tu veux faire avec cet argent ?
- C'est que... il m'en manquait. Mais maintenant j'en ai juste assez. Papa, est-ce que je pourrais t'acheter une heure de ton temps ? Demain soir, arrive à la maison plus tôt. J'aimerais souper avec toi !


La femme de ménage

Durant mon deuxième mois au collège, notre professeur nous a donné un petit
examen surprise. J'étais un étudiant consciencieux et j'ai répondu aisément
à toutes les questions jusqu'à ce que je lise la dernière question : Quel
est le prénom de la femme de ménage de l'école ?
Il s'agissait certainement d'une blague. Je l'avais rencontrée plusieurs
fois. Elle était grande, cheveux foncés et dans la cinquantaine, mais
comment j'aurais pu savoir son nom ? J'ai remis mon examen en laissant la
dernière question sans réponse. Juste avant la fin du cours, un étudiant a
demandé si la dernière question comptait pour la note de l'examen.
" Absolument " a répondu le professeur. " Durant vos carrières, vous allez
rencontrer beaucoup de gens. Ils sont tous importants. Ils méritent tous
votre attention et vos soins, même s'il s'agit simplement d'un sourire et
d'un bonjour."
Je n'ai jamais oublié cette leçon. J'ai aussi appris qu'elle s'appelait
Dorothée.



Autostop

Deuxième leçon importante - L'aide sous la pluie.
Dans la soirée, vers 23h30, une femme âgée noire se tient le long d'une
autoroute de l'Alabama tentant de se protéger de la pluie battante. Son auto
est tombée en panne et elle a désespérément besoin d'un transport.
Détrempée, elle décide de demander l'aide de la prochaine voiture qui passe.
Un jeune homme blanc s'arrête pour lui porter secours, situation très peu
courante dans les années 60 troublées de conflits raciaux. Le jeune homme
l'amène en sécurité, l'aide à trouver du secours et lui procure un taxi.
Elle a l'air très pressée, mais prend le temps de noter son adresse et le
remercie.
Sept jours plus tard, on vient cogner à la porte du jeune homme. À sa grande
surprise, on lui livre une télévision couleur grand format. Une note y est
attachée.
Elle dit : " Merci beaucoup de m'avoir porté secours sur l'autoroute l'autre
jour. La pluie avait transpercé non seulement mes vêtements mais aussi mon
esprit. Puis vous êtes arrivé. Grâce à vous, j'ai pu me rendre au chevet de
mon mari mourant juste avant qu'il ne rende l'âme. Dieu vous bénisse pour
m'avoir aidée et pour votre dévouement pour les autres.
Bien à vous, Mme Nat King Cole. "


La glace

Troisième leçon importante - Pensez toujours à ceux qui servent.
À l'époque où un sundae de crème glacée coûtait beaucoup moins, un petit
garçon de 10 ans entre dans le café d'un hôtel et s'assoit à une table. Une
serveuse dépose un verre d'eau devant lui.
" Madame, c'est combien pour un sundae de crème glacée ? " demande-t-il.
" 50 cents " répond la serveuse.
Le petit garçon sort la main de sa poche et se met à examiner la monnaie
qu'elle contient.
" Bien, combien pour un simple plat de crème glacée ? " demande-t-il.
A ce moment il y a des gens qui attendent pour une table et la serveuse
commence à perdre patience. "35 cents " répond-elle sèchement.
" Je vais prendre le plat de crème glacée " dit-il.
La serveuse lui apporte sa crème glacée, dépose l'addition sur la table et
s'en retourne. Le garçon finit sa crème glacée, paie à la caisse et s'en va.
Quand la serveuse revient, elle a la larme à l'oeil en nettoyant la table :
Bien placé au côté du plat vide, il y a 15 cents. Le petit garçon ne pouvait
pas prendre le sundae parce qu'il devait lui rester suffisamment de monnaie
pour laisser un pourboire...


La transfusion

Quatrième leçon importante - Donner quand ça compte.
Il y a plusieurs années, quand je travaillais comme bénévole dans un
hôpital, j'ai connu une petite fille qui s'appelait Lise, elle souffrait
d'une sérieuse maladie rare. Le seul espoir qu'elle s'en sorte semblait être
qu'elle reçoive une transfusion sanguine de son petit frère de 5 ans qui
avait miraculeusement survécu à la même maladie et avait développé les
anti-corps requis pour la combattre. Le médecin expliqua la situation au
petit frère et lui demanda si il serait prêt à donner son sang à sa soeur.
Je l'ai vu hésiter un instant avant de prendre une grande respiration et
répondre : " Oui je vais le faire si c'est pour la sauver. "
Au cours de la transfusion, il était étendu dans un lit au côté de sa soeur
et il a souri, comme nous tous, quand il a vu sa soeur reprendre des
couleurs.Puis il a pâli et son sourire s'est fané. Il a levé les yeux vers
le médecin et lui a demandé d'une voix tremblante : " Est-ce que je vais
commencer à mourir tout de suite ? "
Étant jeune, le petit garçon avait mal compris le médecin ; il croyait qu'il
devait donner à sa soeur tout son sang pour la sauver.

Retour à la bibliothèque